EntrepriseNational

Validation du rapport sur la SCAPE DE 2013-2015 : des avancées, mais aussi des faiblesses pour le Togo

Les acteurs engagés dans la mise en œuvre de la SCAPE (Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi), ont procédé ce mercredi, à la validation de la Revue du programme sur la période 2013-2015, avec des résultats globalement encourageants, mais révélant aussi les faiblesses, à la réalisation totale des objectifs.

Analyser les résultats de la SCAPE, relever ses faiblesses, proposer des recommandations, pour améliorer sa mise en œuvre de sa dernière phase, tels sont les objectifs qui ont conduit à la validation de la revue du programme, pour la période 2013 – 2015.

En effet, la SCAPE, sur la période 2013- 2015, a permis au Togo, de passer d’une croissance économique de 4,3% en 2011, à 5% en 2015, de réduire le taux de chômage et le sous-emploi,  et de faire régresser le taux de pauvreté, de 58,7% en 2011, à 55,1% en 2013.

Pour Paul Kamaga, Secrétaire technique du DSRP (Document de la stratégie de réduction de la pauvreté), il y a des efforts qui ont été faits, mais il y a aussi des faiblesses qui ont été relevées.

«Ces faiblesses, mentionnées dans le Nouveau plan de développement national (NPDN), en cours d’élaboration, pour la période 2018 – 2022, en remplacement de la SCAPE, devrait prendre en compte, la question du développement des secteurs sociaux, et de l’investissement dans le capital humain ».

Des défis de taille, que les récentes études menées par le CADERT (Centre autonome d’étude et de renforcement des capacités pour le développement du Togo), ont confirmés, et qui révèlent que les budgets successifs de l’Etat, consacrés aux secteurs sociaux, durant la période 2009 – 2014, montraient des écarts de l’ordre de 12,9%, par rapport aux objectifs fixés par l’Axe 3 de la SCAPE.

Ces écarts, dus à la réduction de l’allocation sociale, entre 2009 et 2014, sont passés de 29% à 26%, et renforcés par un taux d’exécution en baisse, des investissements sociaux, passés de 92% à 30%, sur la même période.

Autres défis à relever, le développement à la base, et la consolidation de la croissance économique du pays.

Sur ce plan, le diagnostic de l’aménagement du territoire, révèle des disparités dans le développement des villes au Togo, avec l’inégale répartition des infrastructures socioéconomiques de base, conséquences d’une dégradation des conditions de vie des populations, surtout celles en milieux ruraux.

Quant à la promotion de la croissance économique, le Togo devrait accroitre l’accompagnement financier et technique aux PME-PMI, qui malgré la croissance des activités bancaires, sont contraintes de s’auto financer, avec les moyens de bords.

D’où la nécessité d’un meilleur engagement des partenaires au développement, afin d’assurer un meilleur accompagnement aux différents programmes et projets, de développement du Togo.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer