Entreprise

Subventions européennes à AIRBUS : Regain de tensions entre Bruxelles et Washington

Les tensions se tendent de nouveau entre les États-Unis et l’Union européenne. Nouveau point de friction : Airbus, et les aides que le constructeur aéronautique perçoit de la part de Bruxelles.

Selon les affirmations d’une source à la Commission européenne mardi, l’UE estime que le niveau des mesures de représailles envisagées sur plusieurs produits européens par les États-Unis est « largement exagéré ». Selon Robert Lighthizer, le représentant américain du Commerce (USTR), les subventions européennes à Airbus « pénalisent » chaque année les États-Unis à hauteur de 11 milliards de dollars (9,7 milliards d’euros) d’échanges commerciaux.

« Le chiffre cité par l’USTR est basé sur des estimations internes américaines », souligne la source à la Commission. Or « le montant des représailles autorisées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ne peut être déterminé que par l’arbitre nommé par l’OMC ». Le communiqué américain établit une liste préliminaire de produits européens susceptibles de faire l’objet de droits de douane supplémentaires, notamment des produits du secteur aéronautique, mais aussi des steaks d’espadon, des filets de saumon, des fromages ainsi que des fruits, de l’huile d’olive ou des vins.

Ce regain de tensions, dans un contexte commercial déjà tendu entre l’UE et les États-Unis, constitue une nouvelle étape dans le conflit qui oppose depuis quatorze ans Boeing et Airbus via leurs pays, qui s’accusent mutuellement devant l’OMC de verser des aides illégales à leurs champions aéronautiques respectifs. L’UE prévient d’ailleurs que, « dans le différend parallèle concernant Boeing », elle compte elle aussi mettre en place des représailles. Pour cela, elle « demandera à l’arbitre désigné par l’OMC de déterminer les droits de rétorsion ». « La Commission entame les préparatifs afin que l’UE puisse prendre rapidement des mesures sur la base de la décision de l’arbitre », explique la source à la Commission. « L’UE reste ouverte aux discussions avec les États-Unis, pour autant qu’elles se déroulent sans condition préalable et visent un résultat équitable », ajoute-t-elle.

Cogetra
Source
AFP
Afficher plus

Articles similaires

Fermer