EconomieNationalPerspectives

Faire du secteur de l’artisanat togolais un pôle de richesses

Le Togo s’est engagé pour une émergence de l’artisanat à l’horizon 2030, avec pour objectif, accroitre la contribution du secteur au développement économique, social, et culturel du pays. Mais en dépit des réformes, notamment, la mise en place des chambres régionales de métiers, pour promouvoir le développement du secteur à la base, et de quelques appuis techniques et financiers, les défis demeurent pour l’atteinte des objectifs.

Faire de l’artisanat, un secteur émergent à l’horizon 2030, tel est l’objectif du Togo, engagé ces dernières années, dans des reformes visant à promouvoir le secteur, pour un meilleur développement. Selon les autorités, il s’agit d’une nécessité, puisque le secteur contribue à hauteur de 18 % au PIB (Produit Intérieur Brut) du Togo, et occupe plus de 60% des activités de base des populations, avec un taux d’absorption des jeunes, estimé à plus de 40%.  Pour Victoire Tomégah Dogbé, Ministre du développement à la base, de l’artisanat et de l’emploi des jeunes, « l’artisanat est un gisement d’emplois que l’on retrouve partout dans nos quartiers, nos villes, villages et cantons, et c’est important de créer le cadre qu’il faut, pour que les artisans puissent promouvoir leurs activités ». De ce fait, les réformes en cours, devront permettre au secteur, « d’imposer d’avantage, le développement de certains grands secteurs de développement, en l’occurrence, l’agriculture, le commerce, l’industrie et l’économie », devait poursuivre la ministre. Selon les experts, de par son importance, l’artisanat contribue à plus de 20 milliards FCFA, à la formation du PIB du Togo, et à la réduction du déficit des balances de paiement, et se positionne également comme l’un des secteurs majeurs, du développement économique, social et culturel du Togo.

Des mesures pour promouvoir le secteur

En effet, pour promouvoir le secteur, et accroitre sa contribution au développement, le Togo s’est engagé, depuis quelques années, à mettre en place des chambres régionales de métiers. Des institutions, qui devront accompagner techniquement et financièrement le développement de l’artisanat à la base. L’objectif était, d’amener les populations à porter un nouveau regard sur ce secteur. Il était donc question, de doter les chambres régionales de métiers, de personnes ressources, devant promouvoir le développement du secteur à la base, et faire de l’artisanat togolais, un métier qui nourrit son homme. Mais, en dépit des réformes, et de quelques appuis techniques et financiers apportés çà  et là,  l’artisanat togolais reste confronté à des difficultés, qui entravent son développement.

Les difficultés

Malgré les efforts engagés ces dernières années, le secteur artisanal togolais, doit faire face à des difficultés liées à l’accès aux crédits, à l’insuffisance de matériels et outils adéquats de production. A cela s’ajoute, le déficit de formation des artisans, l’accès difficile aux matières d’ouvrages sur les marchés. Le tout, renforcé par un  pouvoir d’achat faible des populations, qui constituent les consommateurs finaux de la production nationale. D’où un niveau limité dans les productions, souvent non consistantes, empêchant l’éclosion, et donc une véritable compétitivité du secteur.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer