National

Religion et argent : L’Argent, le Pouvoir et les Eglises du Renouveau

Ah !, qu’il fait bon aujourd’hui d’être Pasteur au Togo. En effet, ils sont légion ces « Hommes de Dieu », puissamment oints, qui sont en train de bâtir de vrais empires financiers, sur la terre de nos aïeux. Exploitant la misère humaine, très peu scrupuleux, ils saignent à blanc des ouailles désemparés, à la recherche d’un saint à qui se vouer. Et pour parvenir à leurs fins, ils n’hésitent souvent pas à emprunter des chemins tortueux, tous voués à l’échec. Enquête sur un univers glauque et dangereux, où brebis et loups, vrais et faux se côtoient, sans nécessairement s’en rendre compte.

2015. Kara, 450 km de la ville de Lomé, capitale du Togo. Un faux pasteur est arrêté et déféré en prison, avec trois de ses complices, qui se sont faits passer pour de vrais-faux malades, contre espèces sonnantes et trébuchantes, pour jouer dans une comédie en préparation, destinée à berner la masse de fidèles et autres curieux, abonnés aux grandes messes de guérisons miraculeuses, baptisées croisades ou campagne d’évangélisation. Mais malheureusement pour eux, ils n’auront jamais l’occasion de jouer leur pièce. Soixante douze heures avant, la Police judiciaire alertée, va les cueillir.

A Lomé, au cours de la même période, c’est  un pasteur  qui fera l’objet de condamnation, dans une affaire de détournement de fonds, portant sur 10 millions FCFA destinés à la construction d’une église.

De nos jours, ce sont des milliers d’âmes, en quête de miracles ou de guérisons, qui se tournent chaque semaine, vers les églises du renouveau où au fil des années, un business lucratif, très lucratif s’est mis en place, loin des recommandations bibliques, et surtout du regard de Dieu.

Tout est devenu tarifé ; un rendez-vous avec le maître des lieux, un éclairage sur une expérience vécue, une prière d’intercession, une prière de désenvoutement, une séance d’exorcisme, une séance de bénédiction, etc,… la liste est longue.

Et ainsi de suite, et sans y prendre garde, les fidèles chrétiens deviennent ainsi, des proies faciles pour une nouvelle génération de pasteurs, d’élus de Dieu, avec des appellations aussi prétentieuses les unes que les autres, avides de gains faciles, et amateurs des bonnes chairs et grosses berlines.

Les Eglises du renouveau et la connexion politique

N’allez pas « chercher » ces pasteurs dits du renouveau, n’allez surtout pas vous plaindre d’eux auprès des autorités administratives, ils s’en sortiront toujours, 4 fois sur 5, blancs comme neige. Et pour cause, ils sont depuis devenus, intercesseurs auprès de Dieu, pour la plupart des hommes politiques ; surtout ceux proches du pouvoir. D’ailleurs, ces églises, n’accueillent-elles pas tous les dimanches, les « maitresse » et « femmes » du pouvoir ? Pour un connaisseur de cette connexion, «  beaucoup doivent leur réalisations immobilières et leur protection, à ces généreuses donatrices », qui ont fait de ces « pasteurs », des « gourous » plus ou moins officiels des cercles du pouvoir.

Et comme le reconnait cet « homme à tout-faire », « ils sont sollicités plus régulièrement que vous ne pensez. On s’en accommode  parce qu’ils sont devenus aujourd’hui, plus acceptables que la religion traditionnelle, et plus mystiques que les Eglises traditionnelles, parce qu’ayant trouvé un bon équilibre entre les deux pratiques ».

Ainsi la nuit, sous le couvert de l’obscurité, quand ils ne sont pas reçus dans les « palais » et autres villas cossues, c’est eux qui reçoivent et consultent à tour de bras. L’on se rappelle encore, cette sordide affaire de tuerie de jeunes filles à Agoè, affaire dans laquelle, des hommes d’église, tour à tour ont été cités, et tour à tour ont été blanchis.

L’église du renouveau et le trafic de drogue

De 2000 à 2005, l’on ne parlait à Lomé que de son église. Et naturellement, les dimanches, elle ne désemplissait pas. Oui, le pasteur A. était un homme puissamment oint de Dieu ; on accourait de partout pour suivre son prêche, pour le consulter, pour lui confier ses problèmes en vue de leur résolution. Homme très sollicité, il fallait avoir de la chance pour le rencontrer, tant il bougeait beaucoup. Accra, Lagos, New York, en passant par Lomé, le pasteur était devenu très « business ». Un business qui va conduire en 2004, dans les mailles de la police anti-drogue des Etats-Unis, où il purgera une peine d’une dizaine d’années.

Un exemple parmi tant d’autres, ces hommes d’église qui finissent par se prendre au jeu, et à se faire prendre; et ils sont nombreux, au Togo comme un peu partout dans la sous-région.

Les églises de renouveau et le satanisme

Aujourd’hui, la misère humaine aidant, il n’y a plus d’hommes de dieu que de nom ; et ceci ; à quelques exceptions près.

Les miracles, c’est ce qui caractérise les églises du renouveau ; ce qui les différencie des églises traditionnelles, que Dieu semble depuis avoir désertées, parce que ne s’y manifestant plus que rarement. Et les fidèles, accablés de problèmes, ne sachant plus à quel saint se vouer, d’aller chercher le salut ailleurs. Quoi de plus normal.

Les églises du renouveau l’ont d’ailleurs bien compris. Plus tu opères des miracles, plus tu vois ton église se remplir, et plus tu multiplies les miracles, plus ta corbeille se remplit. Et à ce jour, les femmes sont les plus abonnées à ces services, mais aussi les plus vulnérables ; elles qui veulent tout et tout de suite : richesse, mari et enfant.

Les histoires de pasteurs qui recourent aux féticheurs et autres forces mystiques, pour remplir leurs églises et opérer des miracles, ne manquent pas. Si les débutants, moins fortunés, naviguent dans le marigot togolais, en allant de village en village, les plus nantis et les plus ambitieux, eux se tournent vers le Ghana ou le Nigéria, où il existe de vrais centres d’initiation aux forces occultes. Et ce repenti, de confesser « tous le nient, mais la plupart d’entre nous, qui opérons des miracles, sommes passés là », et de reconnaître que, « c’est une spirale qui, si vous ne prenez garde, peut vous emmener loin, très loin… ». L’argent, quand tu nous tiens.

Pasteurs locaux

Il n’y a pas que les pasteurs nigérians à être à la tête d’empires financiers. Le Togo regorge aussi de ces riches hommes d’église. Peut-être pas milliardaires, mais millionnaires. Nos investigations nous ont permis d’avoir une certaine idée de leurs avoirs. Quant ils ne prêchent pas les dimanches dans leur paroisse respective, ils sont de véritables hommes d’affaires. Ils disposent en effet, de nombreuses entreprises, aussi diversifiées les unes que les autres. Et contrairement à leurs homologues nigérians qui n’hésitent pas à afficher leur opulence, les pasteurs togolais savent bien cacher leur jeu. Il n’est pas question, dans un pays où, exposer sa belle santé financière peut être mal vue, de s’attirer les foudres des enquêteurs des services des impôts ou des renseignements, et devoir justifier sa soudaine fortune, au milieu d’une masse de misères.

Ainsi, d’éminents pasteurs et « hommes de Dieu » togolais, possèderaient des comptes biens garnis et au frais, au Ghana ou au Bénin voisins, quand ils n’investissent pas dans des projets porteurs au pays, voire même dans les deux pays limitrophes. Ces investissements, des plus diversifiés, vont de la construction de villas de location aux hôtels, en passant par des unités de production. Si l’immobilier constitue leur valeur refuge, les exploitations agricoles et le commerce, ne sont pas pour autant négligés.

L’OTE, un juge de pairs

Au Togo, les affaires se multipliant, avec des plaintes de plus en plus nombreuses de citoyens ordinaires, de riches commerçants et de personnalités, qui de se dire abusé, qui de se dire escroqué, dans tous les cas, dénonçant le comportement peu scrupuleux de certains « hommes de Dieu », à qui ils avaient fait confiance.

Face à des dérives de plus en graves, l’Observatoire Togolais des Eglises (OTE) a été officiellement mis en place en février 2014 à Lomé. Objectif, assainir la situation et les rangs des pasteurs, en mettant à nus, les faux qui ont transformé le service de Dieu en business, et autres moyens d’assouvir leurs passions. « Devenir pasteur impose un itinéraire long et laborieux, qui se définit par le respect du sacré et d’autrui, l’humilité, la discrétion, le refus de toute forme de corruption de son âme,  pour s’élever jusqu’aux fins sublimes du désintéressement. Malheureusement dans de nombreux temples de prière d’aujourd’hui, le diable, la prétention et le charlatanisme y règnent. La situation présente du Togo où la politique par l’enrichissement tristement personnel, et la prêche flatteuse des cupides sans scrupules, se rejoignent et se définissent par le mal, entraine le fidèle dans une évasion dangereuse », déplore Sèvi Michel, un fidèle chrétien.

Des comportements et déviances, de nature à semer le trouble chez les fidèles et autres sceptiques, et jeter l’opprobre sur l’œuvre chrétienne. D’où ce rappel de l’apôtre Paul, déjà au début de l’Eglise, à la communauté d’Ephèse, et qui tient à cœur à ce responsable d’église rencontré : « …Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints, en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi, et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans l’amour, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. » Et d’appeler les fidèles de Christ, à devenir des « imitateurs » de Dieu, des enfants bien-aimés, des enfants de lumière : « Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c’est à cause de ces choses, que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion. N’ayez donc aucune part avec eux. ». Ephésiens 4 & 5.

Et déjà, les yeux commencent à s’ouvrir, petit à petit, face aux débordements de tous ordres. De nombreuses voix, venant même parfois de fidèles fréquentant ces églises, de s’élever pour dénoncer ces pasteurs avides d’argent. Ainsi, si la création de l’OTE a été saluée par beaucoup, de plus en plus de voix autorisées, de demander à ce qu’il s’attèle au plus vite, à sa mission, entre autres, assainir le milieu et ramener l’ordre.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Fermer