EconomieNational

Partenariat Banque Mondiale – Togo : un engagement pour un développement plus inclusif

Partenaire économique pour de nombreux pays africains, la Banque Mondiale est aussi un des premiers partenaires au développement en Afrique. C’est aussi le cas au Togo, où une coopération multiforme va se mettre en place, se développer, se structurer, et s’intensifier. Mais, face  à des résultats obtenus, il s’agit plus maintenant, de réajuster  le cadre de partenariat au PND (Plan National de Développement), ce plan quinquennale de développement qui couvre la période 2018 à 2022.

Pour mieux accompagner le processus de développement, et les efforts de modernisation du Togo, la Banque Mondiale,   s’est engagée, à travers son cadre de partenariat,  à accompagner le pays avec  un montant de 350 millions de dollars, soit 215 milliards FCFA, sur la période 2017 à 2020.

Deux ans après la mise en œuvre de ce cadre, une consultation à mi-parcours est ouverte entre l’institution de Brettons Wood et le gouvernement togolais,  en vue de le réajuster au PND. L’objectif étant de parvenir à  une croissance plus inclusive et durable, tirée par un secteur privé plus dynamique.

Pour Hawa Cissé Wagué, Représentante Résidente de la Banque Mondiale, « nous avons remarqué qu’il ya beaucoup de projets qui ont été réalisés au cours de ces deux dernières années notamment au niveau du cadre macroéconomique, de l’amélioration du climat des affaires et aussi de l’inclusion sociale ». D’où la nécessité de renforcer le cadre de partenariat  au Plan National de Développement (PND), pour un développement plus inclusif.

En effet, le Partenariat-pays de la Banque Mondiale pour le Togo, s’articule autour de trois grands axes dont la performance du secteur privé et la création de l’emploi, la fourniture des services publics inclusifs, puis la durabilité et la résilience environnementale.

Ainsi, le portefeuille actuel de la Banque au Togo, compte au total 17 projets d’un montant total de 367 millions de dollars, soit 220 milliards FCFA, dont 43% constituent des dons.

Quelques actions de la Banque Mondiale au Togo

En effet, les actions de la Banque Mondiale pour le Togo sont multiformes, et couvrent différents secteurs entre autres, l’agriculture, l’emploi des jeunes, la promotion des PME-PMI, la fourniture des services publics inclusifs et la résilience environnementale.

Sur ce dernier point,  la Banque Mondiale accompagne le Togo dans la mise en œuvre des projets de résilience environnementale tels que le REDD+. Un projet qui vise à renforcer les capacités du Togo, dans la conception d’une stratégie nationale devant permettre à la forêt et aux arbres hors forêt de continuer par jouer leur rôle socio-économique et écologique.

En effet, l’institution accompagne également le Togo, dans l’amélioration des conditions de vie des populations.

En 2018, pour accompagner  les communautés les plus démunies à accéder au minimum en matière de service socio-économique de base, la Banque Mondiale va décider d’accompagner le projet FSSB (projet Filet sociaux et services de base) et OEJV (projet d’Opportunité d’emplois pour les jeunes vulnérables) avec un financement de 44 millions de dollars, environ 26,4 milliards FCFA.

Des projets, qui font suite au Programme de Développement Communautaire (PDC+),  un autre programme financé par la Banque Mondiale à hauteur de 12,5 milliards FCFA, et dont l’objectif est de mettre en place, des infrastructures  socioéconomiques de base, et de  protections sociales au bénéfice des populations.

Dans la même logique, et pour accompagner le développement et accroitre l’accès au service sociaux et aux infrastructures urbaines dans les quartiers périphériques de Lomé, il a été mis en place en 2009, le Projet d’urgence de réhabilitation des infrastructures et des services électriques (PURISE).

Un projet financé à hauteur de 11 milliards FCFA par la Banque, et qui aura permis la réhabilitation des infrastructures d’assainissement, et la mise en place d’éclairage public.

Des travaux donc,  qui ont porté sur la réhabilitation de 39 km de caniveaux, le curage 120 km de caniveaux, la réhabilitation de  5 bassins de rétention d’eau, la construction de 16 forages d’eau, la réhabilitation de 25 postes de transformateurs électriques, la distribution de plus 400.000 lampes fluorescentes compactes LFC, et le raccordement de plus de 13.000 foyers au réseau électrique de la CEET.

En outre, pour faire du secteur minier togolais, un levier de développement et de lutte contre la pauvreté, la Banque Mondiale a également signé avec le Togo, en début 2016, un accord de financement de 9 milliards FCFA, pour la promotion du secteur du secteur et de la bonne gouvernance.

Ce projet, dénommé PDGM (Projet de Développement de la Gouvernance Minier), devra permettre au Togo, dans les années à venir (2016-2020), d’assurer la transparence des paiements et des revenus générés par le secteur minier, de rendre plus accessibles les informations sur la société, et auprès du grand public, et faire en sorte que les richesses tirées du secteur minier, puisse contribuer de façon efficace, à la croissance du pays.

L’objectif étant d’assister le Togo, dans ses efforts de développement, et amélioration des conditions de vie des populations. Un accompagnement de la Banque Mondiale, qui permet aujourd’hui, d’atteindre des résultats, mais, faut-il le relever, beaucoup de défis restent encore à relever.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Fermer