EconomieNational

Investissement: Les PME/PMI togolaises ont besoin de 1000 milliards FCFA

Au Togo, les PME/PMI ont globalement besoin de 1000 milliards FCFA en termes d’investissements, selon les estimations d’une dernière étude, dans le cadre de la mise en place d’un fonds d’investissement destiné aux PME/PMI.

Plus encore, selon les informations fournies par ces travaux commandités par la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT), avec l’appui de la délégation européenne, les PME/PMI représentent à peu près 4000 entreprises sur le territoire togolais, pour un chiffre d’affaire cumulé de 500 milliards FCFA par an, soit quelques 16% du chiffre d’affaire global.

Néanmoins, ces entreprises, principalement des sociétés unipersonnelles, n’emploient, à ce jour, que 2,7% des effectifs au Togo.

C’est en vue d’appuyer les PME/PMI, et par là même stimuler la création d’emplois, que la CCIT, veut mettre en place un fonds de garantie et d’investissement (un modèle mixte pour le moins fort peu commun dans le domaine).

En consultation avec le secteur privé

Les résultats des premières études ont fait l’objet, ce lundi 3 février 2020, d’une consultation avec les acteurs économiques et publics (entrepreneurs, investisseurs, banquiers et représentants de fonds d’investissements, élus locaux, et autres acteurs du développement).

Ainsi, selon l’étude, menée par Béatrice Clotilde Jauffrineau, experte française en appui à la CCIT, si les fonds d’investissement ou de garantie sont assez peu nombreux au Togo (notamment les nationaux FAIEJ, ANPGF et MIFA), le pays a tout de même de bons points qui plaident de son côté.

Notamment, selon l’experte, la tendance à la hausse de la création d’entreprises, l’existence d’un conseil national du crédit, mais aussi et surtout, l’amélioration soutenue du climat des affaires, et d’autres mesures encourageantes de la part de l’autorité publique, comme l’octroi des 25% de parts de marchés public aux PME portées par des jeunes et des femmes. De quoi stimuler l’appétit de possibles investisseurs, en dépit d’un milieu plutôt méfiant, vis-à-vis de la conjoncture économique.

Vers la création d’un Mifa, version Industrie et Commerce ?

Du reste, si la rencontre a permis de prendre le pouls et les compléments des acteurs de l’économie présents ; au niveau de la CCIT, on n’exclut déjà pas, à terme, la création d’un Mécanisme incitatif de financement des entreprises industrielles et commerçante industrie et économique, inspiré du Mifa. Un possible MIFEIC, tel que proposé par Germain Meba, président de la CCIT, qui dirigeait ces échanges.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Fermer