CEDEAOPolitique

Guinée : Alpha Condé lance un référendum constitutionnel très controversé

De nombreux Guinéens redoutent le chaos le 1er mars 2020. Ils sont invités à élire leurs députés et à se prononcer sur une nouvelle Constitution. Texte décrié par une opposition prête à empêcher la tenue de ce double scrutin.

Le coup d’envoi de la campagne des législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars 2020 en Guinée a été donné à Conakry.

Le président Guinéen, Alpha Condé, le rappelle à qui veut l’entendre : “Personne ne dicte à la Guinée ce qu’elle doit faire… Mon pays a une tradition d’indépendance depuis 1958. Il a l’habitude de prendre ses décisions. Je m’occupe de ce que le peuple guinéen pense. S’il dit non au référendum, je m’incline. S’il dit oui, j’applique”, a-t-il martelé dans une interview accordée à RFI et France 24 en marge du sommet de l’Union africaine, le 10 février à Addis-Abeba.

Le référendum tant décrié par ses adversaires aura donc bien lieu le 1er mars. Et il n’a que faire de ceux qui l’accusent de vouloir en profiter pour se représenter à la présidentielle d’octobre 2020 pour un troisième mandat.

« La question que je me pose, c’est que vous avez des présidents qui ont fait quatre, cinq, voire six mandats et que vous trouvez cela normal. Mais dès qu’il s’agit de la Guinée, ça devient un scandale », s’est défendu Alpha Condé, récemment sur RFI/France24.

A 81 ans, et après plus de neuf ans au pouvoir, Alpha Condé n’exclut pas de solliciter un troisième mandat, qui lui est constitutionnellement interdit. En effet, l’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels en Guinée.

Le référendum constitutionnel du 1er mars se tiendra le même jour que les élections législatives maintes fois reportées. Mais pour les principaux partis de l’opposition, très remontés contre le chef de l’Etat guinéen, il n’est pas question de participer à cette “mascarade électorale”.

Il ne s’agit pas de boycotter et de rester les bras croisés. Nous allons empêcher que ces élections aient lieuCellou Dalein Diallo, chef de file de l’oppositionDéclaration à la presse

Pour le président de l’organisation guinéenne des droits de l’Homme, Abdoul Gadiry Diallo, “la paix et l’unité nationale n’ont jamais été aussi menacées en Guinée que maintenant”.

Les manifestations contre un troisième mandat se sont multipliées ces dernières semaines. A plusieurs reprises, des dizaines, voire des centaines de milliers de Guinéens, sont descendus dans la rue à l’appel d’un collectif de partis d’opposition, de syndicats et de membres de la société civile. Ils dénoncent un véritable “coup d’Etat constitutionnel” (…).

Le gouvernement a multiplié les mises en garde. “La puissance publique s’exercera dans toute sa rigueur envers ceux qui veulent troubler l’ordre public”, a-t-il menacé l’opposition dans un communiqué.

Le coup d’envoi de la campagne des législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars 2020 en Guinée a été donné à Conakry.

Le président Guinéen, Alpha Condé, le rappelle à qui veut l’entendre : “Personne ne dicte à la Guinée ce qu’elle doit faire… Mon pays a une tradition d’indépendance depuis 1958. Il a l’habitude de prendre ses décisions. Je m’occupe de ce que le peuple guinéen pense. S’il dit non au référendum, je m’incline. S’il dit oui, j’applique”, a-t-il martelé dans une interview accordée à RFI et France 24 en marge du sommet de l’Union africaine, le 10 février à Addis-Abeba.

Le référendum tant décrié par ses adversaires aura donc bien lieu le 1er mars. Et il n’a que faire de ceux qui l’accusent de vouloir en profiter pour se représenter à la présidentielle d’octobre 2020 pour un troisième mandat.

« La question que je me pose, c’est que vous avez des présidents qui ont fait quatre, cinq, voire six mandats et que vous trouvez cela normal. Mais dès qu’il s’agit de la Guinée, ça devient un scandale », s’est défendu Alpha Condé, récemment sur RFI/France24.

A 81 ans, et après plus de neuf ans au pouvoir, Alpha Condé n’exclut pas de solliciter un troisième mandat, qui lui est constitutionnellement interdit. En effet, l’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels en Guinée.

Le référendum constitutionnel du 1er mars se tiendra le même jour que les élections législatives maintes fois reportées. Mais pour les principaux partis de l’opposition, très remontés contre le chef de l’Etat guinéen, il n’est pas question de participer à cette “mascarade électorale”.

Il ne s’agit pas de boycotter et de rester les bras croisés. Nous allons empêcher que ces élections aient lieuCellou Dalein Diallo, chef de file de l’oppositionDéclaration à la presse

Pour le président de l’organisation guinéenne des droits de l’Homme, Abdoul Gadiry Diallo, “la paix et l’unité nationale n’ont jamais été aussi menacées en Guinée que maintenant”.

Les manifestations contre un troisième mandat se sont multipliées ces dernières semaines. A plusieurs reprises, des dizaines, voire des centaines de milliers de Guinéens, sont descendus dans la rue à l’appel d’un collectif de partis d’opposition, de syndicats et de membres de la société civile. Ils dénoncent un véritable “coup d’Etat constitutionnel” (…).

Le gouvernement a multiplié les mises en garde. “La puissance publique s’exercera dans toute sa rigueur envers ceux qui veulent troubler l’ordre public”, a-t-il menacé l’opposition dans un communiqué.

Cogetra
Source
France Info
Afficher plus

Articles similaires

Fermer