CEDEAOEconomiePerspectives

Emprunt obligataire : la BIDC lance un appel aux investisseurs.

La BIDC (Banque d’Investissement et de développement de la CEDEAO), avec l’intermédiation de la SGI Togo (Société de gestion d’intermédiation), lance du 3 mai au 2 juin prochain, un emprunt obligataire de 50 milliards FCFA , sur le marché financier de l’Uemoa. Une opération dont les atouts ont été présentés ce lundi, aux investisseurs, institutionnels et particuliers, désireux d’investir en toute sécurité, avec la garantie de revenus confortables.

Ainsi, du 3 mai au 2 juin prochain, la BIDC est sur le marché financier de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine), pour lever 50 milliards FCFA, sous forme d’emprunt obligataire. Une opération, ouverte à toute personne, physique ou morale, résident ou non, dans l’espace Uemoa, pour souscrire aux obligations, dont le prix unitaire est de 10.000 FCFA, avec un taux de rémunération de 6,10% par an, exonéré d’impôt, pour tout souscripteur résident de la Cedeao : « Des exonérations  et intérêts, qui  représentent 19 milliards FCFA, soit 34% de la valeur nominale». Mieux, la BIDC garantit à 100%, le capital sujet à l’appel, avec une cotation à la BRVM (Bourse Régionale des Valeurs Mobilières), pour en assurer la liquidité. Cet emprunt, quatrième du genre, lancé sur la place financière régionale, après ceux de 2006, 2010 et 2014, est d’une maturité de 10 ans, dont deux ans de différés.

Pour Abdoulaye Fall, Vice-Président, Chargé des opérations à la BIDC, cette levée de fonds, qui s’inscrit dans le cadre de la mobilisation des ressources, opérée par son institution, offre deux avantages majeurs : « Le premier, est que la BIDC offre des intérêts de 6,10%, sur les obligations, avec exonération de tout impôt, ce qui est comparable à une épargne. Le second, est que les emprunts obligataires de la BIDC, donnent l’opportunité au citoyen de participer aux efforts de développement, puisque les fonds mobilisés, devront servir à financer le secteur privé dans la sous-région ». En effet, les fonds levés, devront permettre à la BIDC, de financer des opérations de prêts, dans la zone Uemoa, notamment dans les secteurs de l’énergie, de l’industrie, de la finance, du transport, de l’hôtellerie, du tourisme, et de l’immobilier. Des domaines dans lesquels, l’institution se positionne, comme l’un des acteurs majeurs de financement dans la sous-région.

Les garanties de l’emprunt :

Outre le fait déjà évoqué, que la BIDC garantit à 100%, le capital sujet à l’appel, avec une cotation à la BRVM, pour en assurer la liquidité, elle s’est également offert les services du « CGF Bourse-SGI Togo », pour structurer et placer ledit emprunt. Une démarche loyale, transparente, qui a également reçu, l’autorisation des autorités de régulation que sont, la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et le CREPMF (Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers). Pour Mensah K. Assigbi, Directeur Général de SGI-Togo, pour ces émissions, l’émetteur, dans le cas d’espèce de la BIDC, doit s’attacher les services d’une SGI, pour la structuration et l’arrangement de l’opération. Et « le consortium formé par la SGI Togo, a permis de monter un agrément pour l’autorisation de la BCEAO, ensuite pour le CREPMF, avant de proposer les titres au public, et aux investisseurs. Ces étapes, certifiées par des agréments, rendent sûr le placement de l’emprunt de la BIDC, qui offre également sur les emprunts, un taux d’intérêt de 6,10% ». D’où l’appel lancé aux opérateurs économiques, institutionnels ou particuliers, à s’inscrire dans cette dynamique, qui est de participer au développement de la sous-région, non seulement en plaçant son épargne dans cette opération, mais également, en la faisant fructifier.

La BIDC est une institution financière, commune aux 15 Etats de la CEDEAO, née de la transformation en 2003, de l’ancien Fonds de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), et dont le siège se trouve à Lomé. Elle a pour vocation, de contribuer à l’éclosion d’un développement solide et durable, dans la sous-région ouest africaine.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer