National

Economie togolaise : de bonnes perspectives selon le FMI

Au terme de ses consultations, au titre de revue de son Programme FEC (Facilité Elargie de Crédit ), et à l’issue de ses entretiens avec les autorités togolaises, le secteur privé, et autres partenaires au développement, la mission du FMI (Fonds Monétaire International) en visite de travail au Togo, a livré ses conclusions ce mardi à Lomé.

A l’issue de deux semaines de travaux et consultations, entamés depuis le 20 mars, avec les autorités togolaises, le secteur privé, et autres partenaires au développement, la Mission du FMI en fin de séjour à Lomé, à livré ce mardi, ses conclusions sur la base d’études menées.

Quelques constatations

Dans l’ensemble, le Togo a enregistré de bonnes performances sur le plan économique, selon la mission du FMI.

Ainsi, au niveau de l’activité économique, l’on note une reprise de la croissance économique, avec 4,9% en 2018, et un déficit budgétaire maintenu à moins de 3% du PIB (Produit Intérieur Brut), en conformité avec les critères de convergence de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine).

Pour  Ivohasina Razafimahefa, Chef de Mission du FMI, «  Après avoir connu une forte décélération en raison des tensions sociopolitiques qu’a connues le Togo, la croissance économique s’est accélérée pour atteindre un taux de 4,9% en 2018, et l’inflation de 0,9%  fin 2018. L’important effort budgétaire amorcé en 2017, s’est poursuivi jusqu’en septembre 2018 ».

Un pays qui revient de loin

En effet, partant du rapport économique, financier et social de 2016 du ministère de l’économie et des Finances, les dettes publiques extérieures et intérieures du pays, atteignaient un total de 1881 milliards FCFA. Un niveau d’endettement public passé de 48,6 %  à 75,4 % du PIB national, entre 2011 et 2015, pour atteindre le pic des 80 % fin 2016.

Une situation de surendettement qui a amené les autorités togolaises, à  négocier avec le FMI, le programme de Facilité Elargie de Crédit, dont l’objectif est de permettre au pays, de retrouver les grands équilibres macroéconomiques, pour une croissance plus vigoureuse et plus inclusive.

Un retour à la normale ?

En effet, selon la mission du FMI, les autorités togolaises ont poursuivi les efforts d’apurement de la dette, pour un montant de 65 milliards FCFA en 2018, 61 milliards FCFA en 2017, et 70 milliards en 2016.

Pour Sani Yaya, Ministre de l’Economie et des Finances, il s’agit d’efforts qui ont permis de ramener le taux d’endettement du pays, à 70,7 % du PIB, fin février 2019. Quant à la dette intérieure du pays, elle est estimée à 20% du PIB fin décembre 2018, et la dette extérieure  à 50,7% du PIB à la même date.

Dans cette logique d’assainissement budgétaire, la mission du FMI prévoit pour le Togo, une croissance économique annuelle de 5,5% cette année, avec l’amélioration de l’environnement des affaires et des infrastructures publiques. Quant au secteur privé, il devrait continuer par  jouer un rôle important, en tant que moteur de la croissance économique.

Les risques

Au nombre des risques qui pèsent sur la croissance économique, la mission de souligner les contraintes liées à la mise en œuvre des reformes structurelles, et un éventuel ralentissement des économies des principaux partenaires commerciaux du Togo.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Fermer