Economie

44è Assemblée générale de la FANAF : Le défi de la digitalisation des assurances en Afrique

La 44e assemblée générale de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF) s’est ouverte ce lundi à Libreville, au Gabon sur fond de multiples échanges sur la digitalisation de ce service. Il sera plus précisément question de la discussion sur la gestion des données dans le domaine de l’assurance.

Le digital comme opportunité d’expansion du secteur de l’assurance en Afrique est une chose désormais acquise. La région compte près de 600 millions de personnes connectées à un téléphone portable et l’enclavement de plusieurs zones rend encore impossible l’implantation de services physiques des assureurs sur le continent, mais cette opportunité comporte aussi le risque corrélé de la gestion des données.

Au-delà des aspects personnels, la question des données en matière d’assurance est au cœur même des processus de digitalisation. Pour les assureurs, le fait d’interagir de manière virtuelle avec les potentiels assurés augmente le risque d’une asymétrie de l’information et donc d’une accumulation de stock d’informations erronées. La même problématique revient en matière de gestion du contrat d’assurance, car les données de départ peuvent changer et il y a désormais un besoin de trouver le moyen de les réactualiser pour évaluer le juste prix en matière de couverture de risque.

Plusieurs sociétés d’assurance se sont lancées dans le digital en Afrique, mais les objectifs semblent davantage dans l’inclusion des services d’assurance et l’augmentation du nombre des assurés. La gestion des données et des connaissances qui y sont corrélées est devenue un nouveau métier de l’assurance qui va au-delà de l’actuariat.

Pour plusieurs assurés, cette question des données peut rapidement devenir un problème. Ils se retrouvent parfois face à des informations qui ne leur avaient pas été transmises normalement ou de façon compréhensible. De même, il est souvent arrivé que bien qu’assurées, des institutions partenaires des assureurs refusent d’exécuter la prestation au motif que des paiements n’ont pas été effectués par le passé ; une situation récurrente notamment en matière d’assurance maladie.

Rappelons que l’adoption de la digitalisation par les assureurs de la zone FANAF a coïncidé avec des chiffres mitigés en matière d’augmentation des primes émises qui étaient en hausse de 19,45% en 2017, un record depuis 2010 que les informations sont disponibles. En 2018, la hausse des primes a été très modérée, à seulement +0,15%.

Cogetra
Source
Agence Ecofin
Afficher plus

Articles similaires

Fermer