National

1er forum économique TOGO-UE de Lomé : Des raisons d’espérer

Organisé les 13 et 14 juin derniers à Lomé, avec pour objectif de promouvoir le Togo, « comme une destination sûre, fiable, profitable, et sécurisée pour l’investissement », le Forum économique Togo-Union Européenne, semble avoir tenu toutes ses promesses, à la satisfaction des organisateurs, et des participants. Ce qui augure, de lendemains meilleurs, pour l’économie togolaise.

 Des retombées qui en disent long

Premier du genre, ce rendez-vous économique aura mobilisé à l’occasion, plus de 1000 participants, contre 400 prévus au départ, avec la participation de personnalités de référence et de renom.

Une organisation parfaite, marquée par la qualité des communications dans les différents panels, animés par personnalités et investisseurs de référence, et des échanges B2B de qualité.

Des rencontres, qui auront permis à 141 projets de développement d’être retenus, pour un financement global attendu d’environ 852 milliards FCFA. Un bon début, pour la dynamisation des investissements privés européens au Togo.

Des relations, des engagements, des investissements économiques, et un partenariat stratégique avec l’Europe, au cœur de la nouvelle stratégie de développement, que les autorités togolaises veulent voir s’établir et se développer entre le Togo et l’UE. En témoigne, l’engagement personnel du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé,  qui a marqué de sa présence, les deux jours consacrés à cet évènement économique majeur.

 Un partenariat économique renforcé

Acteur essentiel dans le nouveau Programme National de Développement (PND), le secteur privé et les investissements privés auront été au cœur de ce premier forum économique Togo – UE , qui jette ainsi, les bases d’un nouveau partenariat, axé sur un développement durable et inclusif.

Une ouverture donc du marché togolais aux investissements privés européens, et un rapprochement entre les secteurs privés européen et togolais. Aux européens, de mieux connaître le marché togolais, avec ses opportunités, et aux opérateurs économiques togolais, de rencontrer, d’échanger, et de partager des approches, des connaissances, avec leurs homologues européens, et dans certains cas, de poser les bases d’un partenariat futur.

Mieux encore, ce forum économique Togo-UE, aura permis d’identifier des mécanismes et voies d’amélioration du climat des affaires, et d’esquisser des pistes, pour améliorer et conforter, la nouvelle stratégie de développement, arrêtée par les autorités togolaises.

Toujours au chapitre de ce nouveau partenariat Togo – UE recherché, l’on retiendra le lancement de la Chambre de commerce UE au Togo, avec la signature d’un mémorandum d’accord entre la CCIT et la CCI-UE (Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Union Européenne).

Pour Germain Méba, le Président de la CCIT, « par-dessus tout, le partenariat public-privé, soutenu par un dialogue public-privé performant, a été plébiscité pour être la réponse aux questions liées aux infrastructures, dont le secteur privé, tant national qu’étranger, a tant besoin pour parvenir à jouer son rôle de moteur de croissance ».

 Un engagement au profit du développement

Partenaire au développement du Togo, l’UE en tant qu’institution européenne, aura aussi été représentée à ce forum. Pour Bruno Hanses, Chargé d’Affaires de l’Union au Togo, « le forum économique Togo-UE, a constitué pour le Togo, une bonne vitrine internationale. Et déjà l’Union Européenne est fortement engagée dans l’appui au PND (Plan National de Développement), en particulier dans les secteurs tels que l’énergie, l’agro-industrie, le transport, l’appui au commerce, mais également la gouvernance économique et le commerce ».

Un engagement, une volonté politique bien réelle, décliné en sept points, pour accompagner le Togo, dans son développement :

1°) S’assurer que le maximum de projets d’investissement au profit Togo, puisse bénéficier du Plan Européen d’Investissement Extérieur (PEIE), un plan qui a été présenté au cours du forum.

2°) Finaliser avec la BAD (Banque Africaine de Développement), dans le cadre de ce plan d’investissement, un appui au projet d’électrification rurale (CIZO), qui prévoit la couverture électrique de 300.000 ménages, d’ici 2022.

3°) Renforcer l’engagement de l’Union Européenne, au profit des entreprises togolaises, surtout celles évoluant dans l’agro-alimentaire, et qui souhaitent exporter vers l’Europe.

4°) Continuer à animer le réseau B to B, créé  entre les investisseurs européens et togolais, afin de voir les projets se concrétiser et se développer, de manière à créer des emplois, au bénéfice des jeunes, pour pouvoir lutter contre la pauvreté.

5°) Parvenir à une facilité d’appui, aux 141 projets bancables retenus lors du forum, pour leur concrétisation.

6°) Continuer à appuyer la cellule climat des affaires, et tout le gouvernement togolais, pour la mise en œuvre des réformes visant à faciliter les investissements, ainsi que l’organisation d’autres évènements de renforcement, et de promotion de l’investissement dans les secteurs clés.

7°)  S’engager aux côtés des autorités togolaises, pour faciliter l’opérationnalisation de la Chambre européenne au Togo. Un engagement qui devrait favoriser et développer les échanges économiques, entre le Togo et les pays de l’Union Européenne.

Autant d’engagements, qui témoignent de la satisfaction et de la volonté exprimées de part et d’autre, durant ce premier forum économique Togo-Union Européenne.

Une volonté clairement affirmée du côté togolais, et qui a abouti à la pose de trois actes majeurs, à l’occasion de ce forum. A savoir, l’adhésion du Togo à l’OCDE, le vote d’un nouveau Code des investissements, et la création de la Chambre européenne de commerce et d’industrie au Togo.

Pour le Premier Ministre togolais, Sélom Klassou, « c’est le secteur privé qui est la source de création d’emplois décents, de stimulation de l’innovation et de la création de richesses. C’est fort de tout cela, qu’il est prévu que le secteur privé, tant national qu’étranger, contribue à hauteur de 65 %, des financements du Plan National de Développement ».

 Des raisons d’espérer

La tenue à Lomé, de ce premier forum économique Togo – Union Européenne, à coup sûr, marque un tournant décisif dans les relations économiques entre l’UE et le Togo. Un nouveau partenariat axé sur le développement des échanges et des investissements, avec le secteur privé comme acteur principal.

Pour Samuel Mivedor, le Directeur Général de Togo Invest, la holding d’Etat en charge des investissements stratégiques, « ce forum a été une réussite…je pense qu’on a eu les gens qu’on voulait. Maintenant, c’est à nous de leur montrer, les idées qu’on a au Togo, pour les attirer vers nous. Et c’est à cet exercice qu’on s’est prêté… ».

Rappelons que les investissements directs étrangers de l’UE en direction du Togo ont atteint 102 millions de dollars en 2018,  soit une hausse de 15%, selon les données du Word Investment Report.  Des investissements qui devront à coup sûr connaître une hausse avec les promesses obtenues lors du forum économique Togo-UE.

Cogetra
Afficher plus

Articles similaires

Fermer